mardi 29 mars 2016

Kanchanaburi

Après 2 semaines passées d'îles en îles à profiter des plages superbes, nous sommes parés pour remonter le pays d'environ 800 km et rejoindre Bangkok. Mais avant de monter dans nos bus de luxe (le départ étant fixé à 18:00 - 1300 bahts) , nous profitons de la journée à un rythme que nous envie déjà le paresseux. Au programme : lecture, farniente et surtout massage thaï !



Alors vous vous demandez comment choisir un salon de massage recommandable ? Disons que si vous voyez un local aux vitres fumées avec à l'entrée des jeunes filles possédant des pommes d’Adam qui vous invitent à un "ping pong show", vous pourriez être surpris : ça se joue sans raquettes ! :) Loin de tout ceci, nous avons profité d'un super massage thaï en mode non tonique ; on peut en effet choisir l'intensité du massage histoire de ne pas entendre craquer nos os !

Il est maintenant 17:30, nous nous dirigeons vers l'agence de voyages auprès de laquelle nous avons réservé nos places pour Bangkok. A peine sommes nous en vue des lieux que la gérante nous demande de nous presser. Un car est en attente de l'autre côté de la route. Après 1 minute de flottement, notre "guide" nous dit que celui-ci n'est pas le notre. 10 minutes plus tard, un deuxième car arrive et stoppe sa progression à notre niveau ; cette fois-ci c'est le bon. Il est 17:40. Cool, il est 20 minutes en avance ... Heureusement que nous sommes nous aussi en avance ! 

La nuit se passe tranquillement et au petit matin nous arrivons à Bangkok. Sur mon portable, je repère où nous sommes sur la carte et je constate que nous ne sommes pas dans la bonne gare routière pour nous rendre ensuite à Kanchanaburi, une ville située à environ 140 km à l'Ouest de la capitale. Je demande alors à notre hôtesse le moyen le plus facile pour rejoindre cette autre gare routière. Celle-ci nous dit alors que nous pouvons rester dans le car ; nous voici donc les seuls touristes à bord avec notre hôtesse et le chauffeur. Cela me fait bizarre ; je vois le bus qui part dans une direction opposée à notre objectif mais vu la complexité du système routier, cela s'explique facilement. Et c'est après 40 minutes de détours dans Bangkok que nous atteignons notre but.

A la sortie du car, notre hôtesse nous indique le quai que nous devons rejoindre pour trouver notre bus local. Quel service et quelle gentillesse ! En plus, elle a même refusé notre pourboire!  Ce pays est formidable. Pour trouver ensuite le guichet, rien de plus facile : un agent est assis à une table d'écolier juste à côté du bus ! Nous payons les 110 baths demandés et 5 minutes plus tard nous voici partis. Quel timing !

La carte





Un peu d'histoire



Pourquoi aller à Kanchanaburi ? Tout simplement parce que cette ville est mondialement continue de par la tragédie qui s'y est jouée lors de la seconde guerre mondiale. Le Japon occupe à ce moment là le pays et décide de se lancer en septembre 1942 dans la construction d'un chemin de fer stratégique de 415 km entre Bangkok et Rangoon pour consolider la "sphère de co-prospérité de la Grande Asie Orientale".

Les plans initiaux prévoient 5 ans de travaux. Mais l'armée japonaise parvient à ses fins en seulement 16 mois ! Pour se faire, 30 000 prisonniers de guerre américains, anglais, australiens, hollandais et Thaï ainsi que 100 000 prisonniers indiens, malaisiens, singapouriens, birmans mais aussi sur la fin de nombreux japonais sont nécessaires. Seule la moitié des hommes survivent à cette épreuve ; les autres sont morts de sous-alimentation, de maladies tropicales, de fatigue, et de mauvais traitements de l'armée japonaise.


Cimetière de la seconde guerre mondiale de Kanchanaburi


Le Pont de la Rivière Kwaï situé à Kanchanburi est une composante importante de "ce chemin de fer de la mort". C'est pour cette raison que les Alliés bombardent le pont par avion et parviennent finalement à le détruire en 1945, neutralisant ainsi la voie stratégique.


Pont de la Rivière Kwai "reconstruit"

Un musée créé en 1977 permet de garder le souvenir de cette période sombre. Ce dernier se nomme "Le musée JEATH", JEATH étant l'abréviation reprenant les initiales des pays représentés par les forçats du rail initialement enrôlés: Japon, Etats-Unis, Angleterre, Thaïlande,  Hollande. 

Dans ce musée, nous observons notamment une baraque de bambou semblable à celles dans lesquelles vivaient les prisonniers de guerre. Toutes les photographies présentes ont été prises par les Thaïs ou anciens prisonniers car les Japonais avaient interdit toutes notes et enregistrements pour ne pas alerter le public des sévices qu'ils infligeaient aux prisonniers.

Personnellement je ressors de ce lieu plutôt sonné, notamment suite aux explications données sur les tortures infligées. Insoutenable pour moi!

Vue depuis notre Guesthouse


La ville de Kanchanaburi n'a pas de charme particulier. En revanche, les guesthouses sont situées dans un lieu de choix : le long de la rivière Kwaï ! Nous avons dégoté un petit bungalow flottant à la "Sugar Cane Guesthouse" (300 baths/nuit) et nous y sommes bien. Le seul hic est la navigation de boites de nuit flottantes à proximité. Je me souviens encore de la musique de Francky Vincent qui résonne sur la rivière  ... c'est ça aussi le tourisme ! Sic!


    Panorama depuis notre guesthouse



Elephants  World



Si nous sommes venus à Kanchanaburi, c'est aussi pour avoir la chance de vivre une journée au contact des éléphants. A 32 km à l'Ouest de cette ville se trouve un lieu de villégiature pour éléphants anciennement maltraités ou trop vieux pour "travailler" : ElephantsWorld. Ce centre a été créé en 2008 et est géré par une association à but non lucratif ; tout l'argent est destiné aux "pensionnaires à trompe" de l'établissement. Les éléphants ne sont pas à la disposition des touristes ; ce sont les touristes qui sont chargés du bien être des éléphants. Avec Somkiane, nous optons pour le trip d'une journée (2500 bahts/personne)

Adresse
ElephantsWorld
90/9 Moo 4, Ban Nong Hoi,
Amphoe Mueang, Tambon Wang Dong,
Kanchanaburi 71190, Thailand

Site internet
http://www.elephantsworld.org/
La journée commence par le petit déjeuner. Au menu des éléphants : des légumes et des céréales. Chaque pachyderme a son seau rempli entre autres de maïs et de navets. Nous sommes mis à contribution pour éplucher le maïs et pour distribuer le festin au goutte à goutte. Et c'est là que nous pouvons admirer la dextérité de leurs trompes. Grâce aux 100 à 150 000 muscles qui la composent, ces derniers récupèrent leur nourriture aisément.


Distribution de nourriture aux éléphants


Les éléphants ont une dentition particulière : ils n'ont quasiment que des molaires. Ces dernières sont renouvelées 5 à 6 fois durant toute leur vie. Ainsi, les vieux éléphants meurent souvent de faim après 70 ans car l'usure de leurs dents ne leur permet plus de s'alimenter. Du coup, nous préparons un repas spécial pour les 2 plus vieux éléphants du camp; au menu aujourd'hui : des fruits coupés finement et du riz gluant. Ensuite le tout est réparti en grosses boulettes dont la cohésion est faite à partir d'une sorte de farine. Là encore c'est un plaisir de pouvoir leur distribuer leurs boulettes de nourriture directement au creux de la trompe.


Cuisson du riz à "feu doux"!


Le dernier grand plaisir de la journée est le bain des éléphants. Le groupe de touristes dont je fais parti accompagne le groupe de pachyderme dans la rivière Kwaï. Chacun a un balai pour gratter le dos des éléphants et un seau pour les rincer.





En fin de journée, notre taxi nous ramène dans la ville de Kanchanaburi. Le joyeux groupe de français, espagnols et chinois a l'air d'être heureux ; la preuve en photos :




Les photos




Toutes les photos de Kanchanaburi se trouvent derrière ce lien.


Toutes les photos sur la Thaïlande se trouvent derrière cet autre lien
Toutes les anecdotes sur la Thaïlande se trouvent au niveau de l'onglet "Road Book"

Recent Posts